Les postures assises

 

Les postures assises

 

Le yoga nous propose plusieurs façons de s’asseoir.

 

Le but de la posture assise : redresser la colonne vertébrale, notre « arbre de vie »

 

C’est la posture qui nous permet d’accéder à la méditation.

 

Il est essentiel de pratiquer la posture assise en cherchant à obtenir un confort, sans gêne ni douleurs.

 

C’est pour cette raison que de nombreuses postures  assises peuvent être proposées  

 

 

                  

 

 

Vajrâsana : La difficulté se situe souvent au niveau de l’appui sur les pieds. On peut toujours placer un coussin entre les jambes ou utiliser un petit banc et replier les jambes sous le siège, le bassin étant bien en équilibre sur celui-ci.

 

    

 

 Sukhâsana : posture facile, aisée 

 Cette posture assise en tailleur, est le point de départ de nombreuses postures en position assise.

 

 Lorsqu'elle est pratiquée régulièrement, elle renforce le dos et rend les hanches plus flexibles. Elle permet l’utilisation d’un support afin de surélever le bassin. Elle facilite l’équilibre physique et mental sans causer de tremblements ni de douleurs. C’est la posture à prendre si on éprouve des difficultés en expérimentant d’autres types d’assise.

 

 

 

Siddhâsana : en plaçant la plante d’un pied contre la région périnéale, il faut placer l’autre pied au- dessus de l’organe sexuel 

 

  

Ardha padmâsana : le demi-lotus  puis Padmâsana : le lotus

 

Il est souvent difficile pour des occidentaux de prendre ces postures. Elles demandent beaucoup de vigilance de la part du pratiquant et il faut réellement se montrer prudent si on a des problèmes de hanches, de genoux ou de chevilles.

 

C’est très souvent la posture dans laquelle on représente les yogis mais attention ! Il faut toujours respecter son corps et ne pas le brutaliser avec une posture qui ne lui convient pas.

 

La maîtrise d’une posture assise est le début de toute pratique immobile